Aidda

Portraits d’immigrés années 1950-1960
Photographies Claude Despoisse

C’était un dimanche matin, une petite promenade aux marchés des Puces à Saint-Ouen (Paris). Je découvre sur un étal à même le sol une caisse pleine de photographies ; Ils proviennent toutes des archives du studio Claude Despoisse. Le studio était spécialisé dans la publicité ; industrie et le reportage. Ce qui m’a intéressé dans ce lot photographique, c’est une série de portraits d’immigrés algériens, africains, asiatiques… J’ai pu acheter une centaine de ces photographies.

Plus tard à la maison et, après une recherche, je découvre que le photographe vient de prendre sa retraite. Je l’informe que je viens de trouver ses archives aux Puces et ensemble on prend un rendez-vous.

Monsieur Despoisse n’était bien sûr pas content qu’une partie de ses archives soit aux Puces. Les photos présentées ici proviennent me dit-il de son ancien studio rue de Broca dans le Ve arrondissement de Paris. Ces portraits d’immigrés sont pour beaucoup des reproductions d’anciennes photos, mais beaucoup sont des portraits faits au studio du photographe entre les années 50 et 60. Les clients du studio étaient pour la plupart des ouvriers algériens ou africains. Les reproductions, la retouche photographique leurs permettaient de se retrouver, grâce à la “magie” du labo avant l’ère numérique, sur une photographie avec la famille ou des proches.
Ces images que nous restituons aujourd’hui donne un aperçu sur l’immigration dans cette époque, mais aussi sur le travail photographique d’un studio de quartier.

Brahim Chanchabi